Accepter les pertes de mémoire et vivre avec, c'est une victoire sur la maladie d'Alzheimer.

Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale à l’université de Paris Sud

Les pertes associées à la maladie d’Alzheimer sont nombreuses : la perte de mémoire est la plus difficile à accepter. Pourtant, insiste Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale à l’université de Paris Sud, il est essentiel de les accepter, de dédramatiser ces symptômes, pour relever le défi de vivre avec la maladie.