Comment comprendre et permettre à un malade d'Alzheimer d'être heureux ?

Colette R., aidante

Pour Colette R., aidante, les proches trouvent peu à peu des « trucs » pour adopter la meilleure attitude. Il faut d’abord se souvenir que le patient reste lui-même, qu’il ne perd pas son identité, surtout s’il n’y a pas de changement de territoire : territoire d’expression, habitation… Il faut ensuite permettre au patient de faire des choses agréables chaque jour, en l’aidant selon ses possibilités. Pour Colette R., une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer peut véritablement être heureuse, malgré la pathologie.